Les Sacrements

Les Sacrements

« Je nourrirai les âmes avec les fruits sanctifiants de mon Esprit-Saint »

Ecoute et comprends ceci : Les fruits sanctifiants de mon Esprit-Saint sont la grâce donnée par mes sacrements.
L’homme découvrira la puissance et la richesse des sacrements. Il en aura faim, car il sera affamé, et je le rassasierai. C’est mon Eglise qui a la charge de donner mes sacrements, c’est elle qui est distributrice de ma vie divine. Oui, ma vie divine vivifie le grand corps mystique et nourrit mes membres.
DIEU est riche et généreux, il y aura abondance de grâces, abondances de dons. Je donnerai à mon Eglise une nouvelle splendeur ! Et mes sacrements trop méconnus par certains et négligés par d’autres resplendiront d’une beauté retrouvée.
Certes, mes sacrements n’ont rien perdu de leur valeur, mais c’est l’homme qui a perdu la valeur de mes sacrements.

Le sacrement de l’ordre…

Mes sacrements font la splendeur de mon Eglise, tout comme je te l’ai dit un jour, c’est la grandeur du sacerdoce qui fait la splendeur de mon Eglise.
Sacerdoce et sacrements ne vont pas l’un sans l’autre, aussi, comprends qu’ils « font » l’Eglise. Vois alors leur grandeur, leur puissance et leur splendeur qui leur viennent de DIEU.
Sans DIEU, il n’y aurait ni Eglise, ni sacrement, ni sacerdoce, mais DIEU a choisi ce mystère d’Amour pour venir en ses enfants, pour leur communiquer sa vie divine et pour les sanctifier.
Tous ces désirs de DIEU sont dans les sacrements offerts à l’homme. Toutes les richesses de DIEU se puisent dans ces sacrements offerts à l’homme.
DIEU passe par l’homme pour donner sa grâce à l’homme, mais par des hommes enrichis par le sacrement de l’ordre, des hommes qui doivent être le reflet et même un autre Christ car ils ont endossé la grandeur du sacerdoce, ils sont prêtres pour l’éternité.
Comprends la grandeur et la richesse du sacerdoce ! Oui, j’enrichis le sacerdoce, car le prêtre doit se faire à mon exemple « nourriture » de l’âme, par sa parole qui doit être la mienne, son exemple qui est Signe de la présence de DIEU en lui.

Alors oui, le prêtre est nourriture de l’âme, il est ministre de la « Sainte Eglise-Mère », il devient le fruit de l’Eglise, le fruit sanctifiant de l’Esprit-Saint, car fruit « broyé » avec le Christ.

Seul, le prêtre ne peut atteindre ces profondeurs et ces hauteurs, mais avec Dieu tout est possible. Le prêtre doit se consacrer à l’Esprit-Saint et vivre sa consécration avec Marie, Mère du Sacerdoce.
Comprends qu’un prêtre vivant dans l’intimité de l’Esprit-Saint et de Marie, peut atteindre ce but désiré pour lui par DIEU.

J’élève ton esprit et te montre la beauté du sacrement de l’ordre. Vois-tu comme l’homme et spécialement le prêtre doit méditer sur ce don de mon Cœur.

Continue de regarder la terre,
Continue de regarder l’œuvre de DIEU qui peu à peu s’accomplit sous tes yeux.

 

Le sacrement de pénitence … ou de réconciliation…

 Aujourd’hui, regarde mes repentis ! Ils viennent, ils s’avancent vers le sacrement de mon pardon… il s’avancent avec joie et douleurs !
Joie, car ils savent dans leur cœur qu’ils ont déjà mon pardon.
Douleur, d’avoir bien souvent refusé mon Amour.

Ils volent, ils courent, vers mon prêtre, car ils veulent sceller mon pardon à travers le sacrement de pénitence.
Mes pénitents ! Ils veulent faire leur démarche et vivre à fond leur pénitence ! Ils ont eu la révélation de ce sacrement de Miséricorde et ils désirent glorifier ma miséricorde.
Regarde la beauté de ce sacrement. Regarde sa puissance : il libère et apaise l’âme, et l’âme repart d’un nouvel amour vers son DIEU. Un amour purifié, un amour humilié.

L’homme n’accuse plus ses fautes, il ne vient plus vers mon ministre car il se voit sans péché. En vérité, c’est le péché d’orgueil, si énorme qui lui remplit toute l’âme et obscurcit son esprit, c’est ce péché d’orgueil qui le retient loin du prêtre.

Le sacrement du pardon scelle mon « pardon » dans l’âme du pénitent. C’est un sceau d’Amour porté par l’âme.
Contemple le long cortège de mes bien-aimés repentis. Ils vont au bout de leur repentance… ils savent que le prêtre le absout en mon nom et pour eux, cette absolution est la porte qui ouvre le chemin de la vie. Purs de toute souillure, affamés de mon Eucharistie, ils avancent avec la foi et l’amour de mes premiers chrétiens. Ils sont les nouveaux fruits de l’Esprit-Saint, les fruits pleins de saveur et de promesse que porte la Sainte Mère de l’Eglise en son sein et qui viennent d’éclore en ce nouveau printemps !


Le nouveau printemps de l’Eglise…

Comprends ce nouveau printemps de l’Eglise ! Regarde les nouveaux fruits qui éclosent. Regarde les bourgeons en attente… en attente du souffle de l’Esprit-Saint qui va ranimer, vivifier.
Tous ces bourgeons en attente et qui ne demande qu’à s’ouvrir, ce sont les âmes,  mes milliards d’âmes, encore engourdies par l’hiver.
Je te le dis, ce printemps de l’Eglise vient, et l’Eglise se verra porteuse de vie, de joie et de Lumière, car le Ressuscité lui communique tout cela.

Vous voyez l’Eglise couverte de fruits secs et desséchés, mais vous ne voyez pas encore ou si peu pour certains, la sève bouillonnante qui déjà circule en ses branches.
Ne coupez rien, ne retranchez rien, laissez d’abord monter la sève et éclore le fruit, laissez-moi, et à moi seul le soin de couper, tailler le bois mort et toutes les fausse pousses qui empêchent l’éclatement de la sève.
Regarde comme l’Eglise est porteuse d’Espérance ! Que cette vision te soit douceur et consolation.
La branche stérile ne porte pas de fruit, ou si par hasard un fruit se forme, il devient vite véreux et tombe de lui-même. La branche inondée de sève ne porte que de bons fruits. Elle se couvre d’abord de fleurs et le fruit se forme. Ainsi, le travail de la grâce dans l’âme.

Mes sacrements sont comme ces fleurs qui naissent pour cacher, pour produire le fruit.
Les âmes saintes sont alors le fruit de ma grâce, en ce sens qu’elles se sont converties puis abandonnées à ma grâce afin de produire des fruits de sainteté.
L’Eglise se verra couverte de fruits, de fruits de sainteté, et cette sainteté se répandra sur toute la terre.

 

Le baptême…

Tu as vu mes repentis marcher vers le sacrement de la réconciliation. En effet, c’est bien d’une réconciliation avec leur Père des cieux qu’il s’agit. Je les ai comparés à mes premiers chrétiens, et en effet, ils seront mes nouveaux chrétiens…
Regarde-les de nouveau s’avancer, mais cette fois-ci vers les eaux du baptême.
Leur grande douleur est là ! N’être pas encore enfant de DIEU, car c’est le grand désir de leur cœur à présent. Grande douleur, grand désir. Le sacrement indispensable pour que la vie divine passe en eux et les vivifie.
Les eaux du baptême apaiseront leur douleur, leur désir qui se changeront en joie. Regarde encore le nouveau printemps de l’Eglise. Tous ces admirables bourgeons naissants qui viennent se greffer sur elle ! Mère porteuse de Vie et d’Espérance, à l’image de ma très Sainte Mère, elle les accueille dans son sein, elle porte la greffe de ses nouveaux chrétiens, greffés sur moi le Christ, Chemin, Vérité et Vie.
Et pour l’Eglise, ces nouveaux bourgeons greffés, seront des fruits admirables de sainteté. Ils rehausseront sa beauté. Tu comprends alors cette parole :

« Je donnerai à l’Eglise une nouvelle splendeur et mes sacrements trop méconnus par certains et négligés par d’autres resplendiront d’une beauté retrouvée ».

L’Eglise dispensera avec abondance les sacrements et les sacrements feront la beauté de l’Eglise. Oui, l’Eglise se verra couverte de fruits et ces fruits donneront naissance à différentes vocations, à différents appels, mais tous ces appels seront tournés vers DIEU pour le louer, le servir ou le glorifier…

Le sacrement de confirmation...

« Je nourrirai les âmes avec les fruits sanctifiants de mon Esprit-Saint »

Et quel est par excellence ce sacrement où l’Esprit-Saint vous communique sa force, sinon le sacrement de confirmation.
Si le baptême vous greffe, petit bourgeon, sur le grand arbre Eglise, qui est aussi mon Corps mystique, l’Esprit-Saint est cette sève qui maintient le petit bourgeon que vous êtes. Et c’est lui-même qui va faire pousser, grandir, puis éclater, ce fruit que vous êtes devenu…
Il vient pour confirmer ! Pour confirmer en vous cette vie divine et votre appartenance à DIEU. Il vient pour vous affermir dans votre foi, vous visiter dans l’Espérance et vous sanctifier dans la charité. Il vous communique ses dons qui sont :
La sagesse, l’intelligence, le conseil, la force, la science, la piété, la crainte de DIEU. Tout ce dont vous avez besoin pour traverser la vie et vivre en amitié avec DIEU. Tout ce dont vous avez besoin pour vous sanctifier. Il est cette force qui vous fait prier, qui vous fait agir.
Mes enfants, comprenez combien en ces temps vous avez besoin des dons du Saint-Esprit. Demandez- les  lui, il ne peut vous les refuser.
Le monde a grand besoin de l’Effusion de l’Esprit-Saint. Qu’il fasse du monde un monde nouveau, un monde en attente et tourné vers son DIEU. Il est le consolateur, l’envoyé du Père et du Fils, l’AMOUR et l’UNITE.

 

Le sacrement du mariage…

Aujourd’hui je te parlerai du sacrement du mariage, qui selon les paroles de l’homme  « est dépassé »…

Comme tous mes autres sacrements, l’homme comprenant son erreur et voyant sa faute, il reviendra à la source de ce sacrement.
C’est sur cette pierre que se bâtit le foyer, et dans ce foyer que s’établit la famille. Regarde les innombrables grâces qui découlent de ce foyer… Tu peux dire « foyer d’amour » et le comparer à mon Cœur Sacré, lui-même foyer d’amour. Chaque foyer humain où réside la famille est appelé « petite Eglise » et j’ajoute « Cœur de DIEU ».
Oui, car chaque famille est appelée à être le cœur de DIEU, c’est-à-dire le centre où réside la Très Sainte Trinité, car elle-même fait partie de la grande famille de DIEU

Satan a effacé la puissance de ce sacrement dans le cœur de l’homme dans le but de détruire la famille, image de DIEU sur la terre. Comme pour tous les sacrements, celui-ci retrouvera sa beauté quand les cœurs auront été purifiés.

Oui, le sacrement du mariage est ce rocher, cette pierre solide qui soutient le foyer et qui soude entre eux les époux et les enfants qu’avec sa bénédiction DIEU leur donne.
De ce rocher jaillit une source qui comme deux bras enserre la famille comme pour la protéger : l’Amour et la Fidélité.
J’ai comparé le sacrement du mariage à une pierre ; et j’ai dit : c’est sur cette pierre que se bâtit le foyer. Comprends alors que tout ce qui doit durer doit être bâti sur le roc. De même j’ai dit : sur cette pierre je bâtirai mon Eglise.
Tu vois alors, les profondes fondations que j’ai voulues pour mon Eglise… de même je les veux pour les foyers, pour ces foyers qui ont pour mission, pour vocation de donner des âmes à DIEU et de le glorifier. De travailler avec DIEU à son œuvre gigantesque. Pour cette œuvre sans limite accomplie entre DIEU et l’homme, j’ai voulu préserver la famille afin qu’elle puisse répondre à la vocation que DIEU attend d’elle.

Je lui ai donné ses fondations par la pierre, la solidité du sacrement « Mariage ». Satan s’acharne sur cette pierre, comme il s’acharne sur le roc qui soutient mon Eglise car il hait la famille autant qu’il hait mon Eglise

L’Eglise est la Mère qui nourrit les saints. La Famille est le cœur où naissent les saints. J’ai promis de protéger mon Eglise, les puissances de l’enfer ne pourront pas la détruire. De même pour la famille, je reconstruirai ce que Satan a détruit. Je renouerai les liens brisés et mon Amour sera la pierre où s’édifiera le foyer.
Regarde tous ces foyers, d’eux naissent de saintes vocations car mes appels partent de leur centre, ou si tu préfères naissent d’eux. En eux je place tous mes dons faits à l’humanité car en eux se forme l’homme nouveau, le fils de DIEU ! D’eux sortent les générations qui doivent me connaitre et m’aimer. Une génération qui n’aura connu que souffrance car elle n’aura pas connu son DIEU et ses lois.
Oui, je la prendrai dans mes bras comme un enfant prodigue et j’effacerai sa souffrance, ses larmes afin que se créent de nouveaux foyers d’amour qui engendreront à leur tour d’autres foyers d’amour.
Et mon sacrement d’Amour retrouvera toute sa force et sa pureté. Les liens noués par Satan se dénoueront d’eux-mêmes car ils ne sont pas scellés par le sacrement de mon amour, tandis que je renouerai les miens.
Tu vois, le mariage est le sacrement de mon Amour, comme d’ailleurs tous mes sacrements.

Mes sept sacrements seront comme sept lampes allumées qui brillent et font resplendir l’édifice. Ils projetteront sur l’Eglise une nouvelle Lumière et dans le cœur de mes enfants une nouvelle flamme… C’est le Feu nouveau qui embrasera toute la terre, le Feu de mon Amour.

 

Le sacrement des malades …

A présent, il me reste à te parler de mon dernier sacrement : l’extrême-onction, ou le sacrement des malades !

Mon enfant, combien meurent aujourd’hui sans connaitre l’importance, le secours et le réconfort de ce sacrement ! On le néglige et pourtant il a autant d’importance que les autres. Il apaise le malade et le place face à DIEU. Il guérit le corps quand DIEU le permet ou prépare l’âme à la grande rencontre avec son DIEU.
Ecoute bien ceci : beaucoup d’âmes désirent ce sacrement, soit dans la longue maladie du corps, soit aux derniers instants. Elles désirent, mais faute de l’entourage, n’ose le demander. Elles désirent mais trop faible ou ne pouvant plus parler, elles ne l’obtiennent. Et Dieu avec douleur voit l’âme se débattre dans ce désir non exaucé.
Certes, je tiens compte de ce désir, mais pour l’âme, cette souffrance aurait pu être évitée ! C’est un secours et un grand secours pour l’âme et le corps que vous devez apporter aux malades et aux mourants, car c’est comme un verre d’eau fraiche donné à celui qui meurt de soif.
En vérité, ces âmes meurent de faim et de soif, elles meurent cherchant désespérément leur DIEU. On les laisse partir vers leur éternité sans les accompagner. On s’occupe du corps, qui va se dégrader, mais on ne s’occupe pas de l’âme qui va se présenter devant son Créateur !

Ce sacrement, c’est une Lumière au seuil de l’Eternité, une Lumière pleine d’Espérance pour le malade ou le mourant. Les yeux vous paraissent peut-être éteints, mais soyez assurés qu’à cet instant suprême, les yeux de l’âme cherchent la Lumière.
Heureux êtes-vous, si par votre amour, vous avez pu aider cette âme à trouver cette Lumière ! Tu comprends que mes sacrements sont Lumière pour les âmes, les âmes aveugles en ce monde et qui cherchent désespérément la Lumière, oui les âmes sont comme de pauvres moribonds, elles sont à l’agonie, car les âmes, un grand nombre d’âmes ne vont pas vers les sacrements.

C’est avec le sacrement des malades que je termine cet enseignement pour vous faire bien comprendre l’état du monde actuel et son remède.

                                                                    (L’œuvre accomplie de DIEU)